L’Audition de l’Assemblée nationale du 4 juin 2021

Une audition durant laquelle les échanges furent riches et constructifs et ont permis d’affirmer un certain nombre de convictions. Il a été affirmé l’importance de construire un parcours pédagogique complet et cohérent pour le danseur Hip Hop, de l’initiation jusqu’au plus haut niveau.

Il a ainsi pu être constaté les progrès considérables réalisés depuis la dernière audition en août 2019. Comme la pérennisation de la formation de “passeur culturel” avec la ville de Cergy et la volonté de l’inscrire au RNCP en tant que formation Bac+2, les efforts mobilisés pour concrétiser la création d’un DE (Diplôme d’Etat – Bac+3), ou plus récemment la signature de la convention avec le CDMC 68 pour la mise en place d’une formation de “formateur en pédagogie des danses Hip Hop”.

Les objectifs de l’audition furent de penser “terrain”, de promouvoir l’importance de disposer d’une meilleure représentation des danseurs Hip Hop et d’accompagner leurs démarches de professionnalisation.

Le statut du danseur en battle a été discuté en rappelant qu’une scène artistique professionnelle reste à construire. Ce sujet a soulevé de nombreux questionnements autour notamment de la rentabilité de ce type d’évènement ou encore de la rémunération des danseurs en tant qu’intermittent.

Enfin, la question de la pratique amateur a été évoquée. ON2H a affirmé l’absolue nécessité de ne pas laisser cette pratique être gérée par le monde du sport. Parmi les raisons évoquées, nous avons rappelé que l’organigramme du sport ne répond pas à la réalité du terrain du monde Hip Hop et que le rôle “inclusif” du Hip Hop dans la société qui ne saurait se limiter uniquement au domaine du sport, mais plus largement au monde de la culture.